Consolez-vous, les voyages c’est polluant

Consolez-vous, les voyages c’est polluant

Pas de voyage cette année. Pas de kayak sur une île paradisiaque en Thaïlande. Pas de randonnée à Hawaï. Pas de café sur le bord d’un canal à Venise. Pas de pâtisseries dans une belle rue de Lisbonne. 

 

Les voyages sont maintenant un «classique» dans la vie de beaucoup de gens, dont la mienne. On a tous inclus ça dans notre mode de vie en se disant qu’au moins une fois par année, on allait prendre l’avion ou faire un bon road trip pour découvrir de nouveaux paysages, de nouvelles plages, de nouvelles langues, de nouvelles personnes. 

 

Malheureusement, ce ne sera pas possible cette année. 

Je vous comprends. C’est poche en «titi». 

 

Consolons-nous. Cette pause forcée de voyage permettra probablement une belle pause pour l’environnement. 

 

Creusons ensemble pour en apprendre plus sur les réels impacts du voyage et du tourisme sur notre planète. Et pourquoi ne pas, en plus, vous fournir quelques conseils pour voyager plus vert? 

 

 

Le vol d’avion 

Le transport aérien devient de plus en plus accessible et de plus en plus populaire. Cette augmentation en popularité est tellement importante que les émissions de gaz à effets de serre dû à l’aviation pourraient représenter 22% des émissions mondiales en 2050 (Rapport de l’institut Oko). Impressionnant lorsque l’on sait que les GES liés au transport aérien ne représentaient que 2% des GES globaux en 2017. 

 

Pour ma part, on dirait que je n’avais jamais réalisé que l’avion polluait. Comme ce n’est pas nous qui mettons l’essence directement dans le réservoir de l’avion, on a tendance à oublier qu’elle pollue, elle aussi! Comme la voiture, mais encore plus, et sur des distances vraiment plus grandes. 

 

Depuis quelques années, un mouvement qui a pris naissance en Suède fait son apparition un peu partout dans le monde. Son nom en suédois est le «flygskam» que l’on pourrait traduire par «anti-avion» en français. Les gens qui adhèrent à ce mouvement prônent que l’aviation est un problème et seraient même gênés de prendre l’avion à des fins de loisirs simplement. Pour eux, prendre l’avion est souvent futile et changer notre mode de vie nous permettrait de diminuer les GES liés à ce mode de transport. L’idée est de promouvoir le voyage terrestre et d’éviter les distances outre-mer. 

 

Solution

La solution idéale pour supprimer les GES produits par l’aviation est simple: ne plus prendre l’avion, comme le propose le mouvement anti-avion. Les meilleurs GES sont ceux que l’on ne crée pas! 

Ce n’est toutefois pas la seule solution! En effet, beaucoup de gens ayant un souci environnemental lors que leur voyage prévoit un budget pour acheter ce qu’on appelle de la compensation carbone. Plusieurs organisations offrent ce genre de compensation. En voici quelques unes: 

 

- Arbre Évolution

- Eco Tierra 

- Compensation CO2

 

Le montant payé aidera l’organisation choisie à planter des arbres ou à poser d’autres gestes pour compenser les GES faits avec votre vol d’avion. Pourquoi ne pas inclure ce montant dans votre budget voyage? Comme une taxe verte pour voyager! 

 

 

 

 

 

Impact sur l’océan 

Se baigner dans des eaux aux couleurs si belles qu’aucun mot ne peut les décrire. Remplis de poissons jamais vus auparavant. Avec des coraux aux milliers de couleurs. Je suis certaine que ça vous rappelle des souvenirs. Imaginez maintenant le même bleu océan rempli de plastique. Les poissons échoués sur le bord de la rive. Les coraux gris et sans couleur. L’idée ici n’est pas de faire peur ou de faire culpabiliser, mais bien de réaliser que c’est ce qui nous attend si la pollution des océans continue à ce rythme. La pollution des océans est liée à plusieurs facteurs dont la pollution avec les déchets plastiques, l’utilisation de produits corporels ou solaires chimiques qui vont dans les océans, la présence humaine en trop grande quantité qui perturbe l’équilibre de la faune et de la flore. 

 

Solution

Profiter de l’océan en voyage de façon responsable, c’est possible! Évitez les endroits très touristiques et très achalandés est déjà un très bon départ. Plusieurs endroits parfois méconnus sont aussi jolis (parfois même plus) que la plage la plus populaire. Il est aussi TRÈS important (même essentiel) de ne pas prendre des bouts de quoi que se soit dans l’océan. Même si la plante aquatique ou le coquillage sont vraiment vraiment jolis, ils doivent rester là. Finalement, optez pour des produits corporels et solaires qui sont naturels et biodégradable est définitivement une bonne idée. Ce que l’on met sur notre peau et nos cheveux avant d’aller se baigner dans l’océan finira par rester dans l’océan et s’accrocher aux poissons ou aux coraux. 

 

Tranche de vie: 

L’été dernier, je suis allé au Portugal pour mes vacances d’été! Nous voulions absolument voir les attraits touristiques de l’Algarve avec ces plages paradisiaques et ses rochers. Après avoir vu les plages populaires (les must-sees), nous avons décidé de regarder pour des plages plus à l’écart pour profiter d’espace moins pollué et moins bondé! Finalement, nous avons trouvé une plage où nous étions pratiquement seuls et franchement aussi belle que les autres!

 

 

 

Les activités, la nourriture, le transport 

Certaines activités sont malheureusement plus polluantes que d’autres. Certains transports aussi! Se déplacer souvent et sur de longue distance en voyage, ça pollue! Même la nourriture que l’on choisit à un impact important sur l’environnement. 

 

Solution 

Voici plusieurs conseils pour avoir un voyage globalement plus vert:

  • Opter pour des transports verts (comme le vélo, le transport en commun ou la marche lorsque possible).
  • Éviter les petits formats collations malgré leur facilité. Apportez vos gourdes réutilisables et utilisez-les tout au long de votre voyage.
  • Choisissez des activités amusantes et vertes. Dans le meilleur des mondes, prioriser le kayak au bateau de croisière, le vélo au jeep touristique, ne pas aller nager ou prendre des photos avec des animaux sauvages, etc. 
  • Encourager les artisans et les créateurs locaux! Si vous souhaitez vous imprégner de la culture, choisissez des artisans qui font des articles ou des produits frais qui sont totalement uniques et que vous ne pourrez pas trouver ailleurs. 
  • Pour se loger, choisir, si possible, des endroits qui ont une conscience environnementale et qui prennent des mesures pour être plus verts.
  • Respecter l’économie locale en ne choisissant pas toujours le produit le moins cher, mais plutôt celui qui respecte le mieux vos valeurs et qui respecte les créateurs. 

 

 

Voilà un tour d’horizon très rapide sur les voyages et leur impact sur l’environnement. Il ne s’agit pas d’avoir peur de voyager, mais plutôt de faire des petits gestes pour voyager plus verts. Le tourisme est un pilier économique pour beaucoup de pays. Par contre, si nous détruisons toutes les beautés de ce pays, nous ne faisons que fleurir l’économie à court terme pour ensuite les laisser avec des territoires détruits, pollués et sans potentiel. Voyager nous ouvre les yeux sur le monde et nous permet de grandir et d’apprendre. Nous devons donc apprendre et comprendre que nous ne sommes pas seuls et que nous sommes simplement des invités sur ces plages paradisiaques. 

 

 

Aimez-vous ça quand la visite laisse toutes ses bières trainer sur le plancher en partant? Ou asperge vos murs de produits chimiques? Ou parte avec un barreau de chaise parce qu’il le trouvait vraiment beau? Ça tombe bien, la planète non plus aime pas ça. 

 

 

 


 

*Pour en apprendre plus et pour vous donner envie de voyager plus vert, je vous recommande de visiter le site de Voyage Du Monde qui offre des voyages qui sont toujours carboneutre! À découvrir!

 

 

 

Comments 0

Leave a comment

Sale

Unavailable

Sold Out